Livraison gratuite sur les commandes de + 95$ (avant taxes). Les commandes sont traitées sous 3 à 5 jours ouvrables.

La coopération entre coopératives

Saviez-vous que c’est la semaine des coopératives ?
La coopérative La Siembra, créatrice de la marque Camino, est structurée sous forme de coopérative de travail. Mais qu’est-ce qu’une « coopérative » ou « coop » réellement ? Et quelle différence cela peut-il faire pour les consommateurs tels que vous ?

L’Alliance Coopérative Internationale définit une coopérative comme « une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs à travers une entreprise détenue collectivement et contrôlée démocratiquement».

De manière plus concrète, en utilisant notre coopérative comme exemple, au lieu d’être la propriété d’un grand conglomérat mondial ou d’une poignée d’actionnaires externes, la coopérative La Siembra appartient à ses travailleurs. Nous, les membres-travailleurs, sommes des individus qui croient en la mission de notre coopérative, qui partagent des valeurs communes ainsi que les profits et les pertes, et nous votons également sur les grandes décisions stratégiques de notre coop, ici au Canada.

Les coopératives ont toujours été un dispositif permettant aux individus de s’unir pour défier les puissances du marché (souvent exploitatrices) et se construire un avenir. Ce ne sont pas des entreprises qui existent pour créer du profit. En fait, les coopératives s’engagent toutes à respecter un ensemble de 7 principes fondamentaux. Parmi ces principes, notre plus cher est sans doute le 6e, qui stipule que les coopératives doivent soutenir d’autres coopératives : la coopération entre coopératives.

Nous faisons partie d’un solide réseau de coopératives

Notre histoire est ancrée dans les relations fortes avec les coopératives et les partenaires de l’économie sociale au Canada. Au fil du temps, notre coopérative a établi des liens avec différents types de coopératives, à commencer par les coopératives de producteurs aux près desquelles nous nous approvisionnons en ingrédients que nous utilisons pour fabriquer nos produits Camino. Nous avons formé une alliance avec notre coopérative sœur Equal Exchange, une coopérative de travail équitable aux États-Unis.

Nous sommes soutenus dans nos efforts par des partenariats financiers tels que la Fédération canadienne des coopératives de travail (FCCT), La Caisse d’économie sociale et solidaire Desjardins. Nous sommes également soutenus dans nos efforts opérationnels par les services d’assurance Co-operators et pour la distribution de nos produits par des détaillants structurés en coopératives de consommateurs tels que Kootenay Co-op, Karma Coop et The Big Carrot.

«Lorsqu’une entreprise est détenue et gérée par les personnes qui utilisent ses produits et services et qui bénéficient de ce que l’entreprise a à offrir, elle est considérée comme une coopérative. Lorsque les coopératives travaillent ensemble, elles créent des structures régionales, nationales et internationales qui contribuent à faire avancer la communauté et créer un monde meilleur».  Antoine Lacasse, M.Sc Adm, Directeur de comptes – Caisse d’économie solidaire Desjardins.

Toutes les fèves de cacao et tout le sucre que nous utilisons pour fabriquer les chocolats et autres produits Camino proviennent de petits producteurs paysans  membres de coopératives.  Chaque producteur dans sa coopérative dispose d’un droit de vote et peut briguer un poste de direction. Il est important de s’assurer que les produits du commerce équitable que vous achetez proviennent de coopératives de producteurs plutôt que de grandes plantations où seuls les propriétaires sont susceptibles de bénéficier du système.

Se souvenant d’un voyage dans les fermes de cacao de l’Amazonie, Shannon McAllister de la Kootenay Coop a déclaré : «Je pense que la chose la plus surprenante que j’ai apprise en vivant et en travaillant avec les producteurs de cacao d’Acopagro au Pérou a été de voir à quel point ils travaillaient sans relâche pour un produit final intangible, un produit qu’ils ne peuvent pas se permettre de consommer et qu’ils n’ont même pas souvent l’occasion de voir. De nombreux producteurs ont pu goûter à une tablette de chocolat pour la première fois parce que vous leur avez apporté des tablettes Camino à tester ! Notre coopérative compte plus de 12 000 membres-propriétaires actifs, ce qui est particulièrement étonnant pour une ville dont la population dépasse à peine 10 000 habitants. Nous nous réjouissons du fait que les membres de notre coopérative puissent soutenir des coopératives de producteurs en travaillant avec La Siembra.»

Les coopératives démocratisent notre système agroalimentaire 

Dans l’industrie alimentaire, où généralement l’augmentation des ventes est le seul  but recherché, il est plutôt rare d’être un acteur indépendant et géré démocratiquement. Lorsque vous observez les rayons de votre épicerie, vous aurez l’impression que les consommateurs ont l’embarras du choix. Mais en réalité, toutes ces marques sont détenues par la même poignée de grandes entreprises (voir le tableau d’Oxfam International). Beaucoup de petites marques ont été fondées par des personnes qui, comme nous, se soucient de l’alimentation biologique et équitable. Mais les nouveaux propriétaires ont désormais une autre priorité : réaliser des bénéfices.

Comme l’écrit Jon Steinman dans son livre Grocery Story paru en 2019, « l’alimentation constitue la base de nos efforts pour sensibiliser à l’impact de nos choix sur le monde. Pourtant, alors que nous avons commencé à transformer nos communautés et varier nos assiettes, le maillon le plus important de la chaîne alimentaire a reçu étonnamment peu d’attention : l’épicerie, qui constitue l’épicentre de nos courses au quotidien.  Les coopératives alimentaires américaines et canadiennes transforment les allées de l’épicerie en une frontière pour les mouvements en faveur de l’alimentation locale et de la bonne alimentation.» 

Ensemble, les coopératives sont en train de bâtir un mouvement plus fort en tentant d’intégrer la démocratie, l’équité des choix et la résilience dans notre système alimentaire.

« Au cours des derniers mois, nous avons beaucoup apprécié le développement rapide de notre relation avec Camino. Commander des produits en vrac et des produits d’épicerie directement de Camino nous permet non seulement de soutenir une autre coopérative, mais aussi d’apprendre à connaître les personnes qui se cachent derrière les produits ! Nos membres sont très reconnaissants envers Camino pour sa transparence et son partage des connaissances à propos de ses produits et de ses producteurs partenaires. Nous avons hâte de poursuivre ce partenariat pour les nombreuses années à venir ! »  Eden Schwartz de la coopérative Karma.

Les partenariats à long terme entre les coopératives permettent un changement durable pour les consommateurs qui font leurs courses auprès de leur coopérative locale, ainsi que pour les producteurs et les fabricants alimentaires qui sont alors traités équitablement par ces mêmes magasins.  Dans certains cas, les coopératives créent un changement sociétal fondamental en seulement une génération.

« La vente annuelle de graines de The Mustard Seed est un événement que notre communauté attend avec impatience chaque année depuis 7 ans. Cela signifie que l’hiver est terminé et que le printemps est arrivé ! Plus important encore, l’événement permet à nos agriculteurs de se connecter directement avec nos membres et l’événement annuel est le summum de toutes nos capacités collectives. » – Laura Carpenter de la coopérative Mustard Seed.

Le directeur général d’Acopagro, Gonzalo Ríos, approfondi sur la notion de coopérative. « Nous avons planté plus de deux millions d’arbres. Nous sommes désormais une force reconnue dans le domaine du cacao, mais il reste beaucoup à faire. Comment la coopérative peut-elle améliorer leur qualité de vie ? Nous avons deux initiatives de diversification des revenus, soit un programme de récolte de bois durable, et un autre visant la culture du piment fort. Le programme de récolte de bois se compare à un compte d’épargne. Supposons qu’un membre âgé de 50 ou 60 ans plante des arbres pouvant être abattus dans 15 à 20 ans ; il pourra récolter les fruits de ses efforts à ce moment et disposer d’un autre revenu. Les membres plus jeunes peuvent choisir de planter un feuillu tropical qui leur rapportera gros dans 20, 30 ou 40 ans, lorsqu’il aura atteint sa maturité. »

Ces histoires inspirantes nous montrent que, de nos jours, les coopératives travaillent ensemble pour construire des communautés durables et pas seulement une économie alimentaire axée sur les profits.

Alors participez au changement, faites entendre votre voix, faites en sorte que vos choix comptent, renseignez-vous sur les coopératives, ou joignez-vous à une coopérative !

Ressources:
– Coopératives et mutuelles Canada: différentes sortes de coopératives
– Coopératives et mutuelles Canada: retrouver les coops près de chez vous
– Fédération canadienne des coops de travail: convertir une entreprise existante en coop de travail 

Nouvelles récentes